Le FMI suspend toutes ses missions en Guinée à partir du 9 février

Le fonds monétaire international (FMI) qui accompagne la Guinée dans beaucoup de programmes de développement a suspendu toutes ses missions pour des raisons de sécurité liées à la crise aiguë qui secoue le pays depuis quelques semaines. La mesure prend effet à compter 9 février 2020 jusqu’à nouvel ordre. Telle est l’information que votre quotidien électronique Guinéenews© a apprise de plusieurs sources crédibles proches de l’institution de Breton Wood.

Selon ces sources, le gouvernement a déjà reçu un courriel là-dessus du représentant résident ; cette décision serait motivée par le récent décret du président Alpha Condé rendu public mardi 4 février de vouloir coupler les élections législatives et le référendum pour la nouvelle constitution le 1er mars 2020. Une manœuvre que les forces sociales et politiques regroupées au sein du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC),  une plate-forme de la société civile rejette catégoriquement. Le clash entre le pouvoir et les partisans du FNDC pouvant engendrer des violences dans le pays, entravant dangereusement la sécurité publique, le FMI a estimé qu’il ne pourrait travailler correctement dans une telle période de trouble, puisque ses agents pourraient être exposés à toute sorte de danger !

« C’est un cas classique dans les pays en crise. Lorsque toutes les conditions sécuritaires ne sont pas réunies pour effectuer correctement sa mission dans un pays, le fonds monétaire international évalue la situation sécuritaire dans ledit pays à l’interne avant d’informer les autorités. Mais s’il arrive que le FMI décide de suspendre ses activités en Guinée, cela n’affecterait nullement le programme même s’il faut reconnaître que certains repères dudit programme pourraient être entravés suite à la crise avec son corollaire de conséquences sur les indicateurs de performance économiques du pays », a déclaré à Guinéenews sous le couvert de l’anonymat, un consultant international familier des pratiques du FMI.

Du côté du gouvernement, l’information est prise très au sérieux mais personne ne veut communiquer là-dessus sous le prétexte que les membres de l’équipe gouvernementale ne sont pour l’instant pas informés officiellement. Par contre, ce qui est sûr, les autorités chargées de la gestion de l’économie guinéenne seraient déjà informées de la nouvelle. A leur tour, elles ont informé le chef l’Etat Alpha Condé qui, selon toute vraisemblance ne semble pas être content de celle-ci ! Dire que le programme n’est pas encore conclu avec le fonds monétaire international, il y a lieu de craindre.

Selon le site du FMI, le 26 juillet 2019, le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé la troisième revue des résultats économiques obtenus par la Guinée dans le cadre du programme appuyé par un accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC). L’achèvement de cette revue permet de décaisser immédiatement 17,213 millions de DTS (environ 23,9 millions de dollars), ce qui porte le total des décaissements au titre de l’accord à 68,849 millions de DTS (environ 95,7 millions de dollars).

Guineenews.org