Le sommet UK-Afrique 2020 de Londres

Dans quelques heures s’ouvre dans la capitale britannique le premier sommet pour l’investissement en Afrique. Une vingtaine de présidents africains y prendront part avec des entreprises privées et médias. Dans cette période où le Royaume-Uni entamera sa sortie de l’union européenne le 31 Janvier prochain, c’est plus de £395 millions qui sont dédiés pour promouvoir le commerce en Afrique. 
Cette somme est une partie du budget de £14 milliards consacrés aux aides étrangères dont le plan est en étude pour une nouvelle stratégie établie en trois initiatives pour une réplique aux larges investissements chinois sur le continent. Cet argent permettrait d’améliorer les systèmes financiers de 45 états africains, identifier et développer de nouveaux projets ainsi qu’un partenariat avec la banque mondiale.
Le sommet sera présidé le lundi 20 Janvier par le Premier Ministre Boris Johnson à l’hôtel Intercontinental au sud-est de Londres. Il sera accompagné du ministre du commerce international Liz Truss, du ministre des affaires étrangères Dominic Raab, celle chargée du business Andrea Leadsom et celui du développement international Alok Sharma.
Bien que l’objectif soit de contrer les investissements chinois en Afrique, une source du gouvernement britannique dit que l’intention n’est pas de rivaliser la Chine en terme de volume d’investissements mais d’essayer de faire la promotion du Royaume-Uni comme un partenaire de qualité.
La guinée est invitée à ce rendez-vous. La délégation sera dirigée par le président Alpha Condé lui-même ainsi que des membres du gouvernement. L’agence de promotion des investissements privés l’Apip y sera également, des opérateurs économiques et médias dont le groupe HADAFO. Dans une vidéo il ya quelques jours l’ambassadeur britannique en Guinée David Mcllroy disait: Le sommet est une occasion de renforcer les relations et les engagement commercial entre nos deux pays.
Les grandes économies se tournent vers l’Afrique parce qu’elles sentent et c’est une évidence que le futur c’est l’Afrique. Mais comment les leaders africains s’y prennent-ils pour que ces volontés d’investissements chez eux bénéficient à l’afrique et aux peuples africains?Des actions fortes sont nécessaires afin d’améliorer les lois et règlements dans les états afin d’accueillir ces multiples engagements en renforçant les systèmes financiers, établissant la confiance et permettant plus de productivité du secteur privé.
Le Royaume-Uni veut financièrement embrasser l’Afrique, à l’afrique de lui ouvrir ses bras.

Alhoussein Fadiga@

Kipe76