Fichier électoral : la classe politique réagit à la sortie de la CENI sur le nombre d’électeurs

Bien qu’ayant décidé de boycotter les élections législatives, l’opposition plurielle ne reste pas silencieuse sur le nombre  d’électeurs qui passe de 6 millions à plus de 8 millions. Ces chiffres publiés par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) sont tout sauf justes, affirme-t-elle. L’opposition constructive de son coté trouve logique et justifiable, l’augmentation de la population électorale.

La population électorale guinéenne passe de 6 millions à 8.330 mille 688 électeurs, selon la CENI. Les électeurs provisoires valides de 2019 font plus 5  millions dont 2 518 811 hommes, affirme aussi l’instance. Pour l’UFDG ces chiffres sont tout sauf justes. Le principal parti de l’opposition dénonce. « Dans l’ancien fichier, on avait 6 millions et qui comportait 1 million 500 mille fictifs. Maintenant on se retrouve avec 8 millions dont les 50% sont enrôlés dans une région qu’on appelle la Haute Guinée. Les guinéens de l’extérieur n’ont pas été enrôlés notamment ceux du Sénégal, de la Côte d’ivoire etc. Ils ont refusé d’enrôler les gens. Par ce que monsieur Alpha Condé sait que si une élection est sincère en Guinée en ce moment même les 18% qu’il avait eus en 2010, il ne les aura pas », explique Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG. 

Avec ce fichier les législatives prochaines ne seront pas transparentes avance l’Union des Forces Républicaines. « Le fichier électoral est fondamental dans une élection. Si ce dernier ne fait pas consensus ça veut dire que les élections qui se feront ne seront pas claires,  transparentes.  C’est un fichier truqué, donc nous nous disons que nous ne pouvons pas participer à ces genres d’élections où le président de la République décide qui est député et qui ne l’est pas », tranche Saikou Yaya Barry. 

Si l’UFDG et l’UFR s’unissent pour  dénoncer le travail d’enrôlement  effectué par Me Salifou Kebé et son équipe, certains politiques notamment les  candidats au prochain scrutin, s’en félicitent de l’effort fournit par la commission électorale nationale indépendante. « Sur une population totale de 12 millions, si nous avons 8 millions d’enrôlés et de votants, c’est déjà une bonne population. 8 millions de votants, ça donne plus de chance aux compétiteurs», indique Siddighy Diallo du Cercle des Acteurs pour la République (CAR). 

L’opposition plurielle qui estime que la CENI n’a pas appliquer les recommandations de l’audit du fichier ne prendra pas part aux élections. Elle promet d’ailleurs de les empêcher. 

Abdoulaye Sadjo Diallo/Mamadou Bhoye Bah