Damaro à propos de la manif : « C’est une foule qui était dans la rue »

Le parti au pouvoir s’est prononcé ce 26 octobre en marge de son assemblée générale hebdomadaire sur la marche pacifique du 24 octobre organisé par le FNDC pour s’opposer à la nouvelle constitution. Minimisant la mobilisation, le chef de la majorité présidentielle a indiqué que les marches du Front National pour la défense de la constitution sont de nature à troubler l’ordre public. C’est pourquoi selon lui l’autorité doit joueur son rôle.  « Nous avons aujourd’hui l’obligation d’attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale. Les manifestations, le droit à celles-ci est reconnu par la Constitution. Mais quand les manifestations ont pour but de créer le désordre, d’appeler à l’insurrection, là, les droits ne sont plus constitutionnels. Et l’Etat a le droit régalien de rétablir l’ordre », a déclaré Amadou Damaro Camara, membre du bureau politique. 

Le député indique d’ailleurs que ce n’est pas le peuple qui était dans les rues jeudi mais une foule avant d’ajouter que le FNDC notamment les opposants Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré ont échoué. « Je les ai entendus dire que la foule du jeudi, qu’aucune force ne pouvait la résister. La réponse est qu’ils confondent foule et peuple. Il y a avait une foule à Conakry, une foule à Mamou, une foule à Labé. Le peuple de Guinée, c’est de Kassa à Yomou », affirme-t-il avant de lancer un défi aux opposants. «Nous ne leur demandons pas deux choses, c’est une seule : s’ils sont conscients, si convaincus de leur bon droit, que l’on demande au peuple de Guinée oui ou non. C’est aussi simple que cela. Ils ont dit que si nous arrivons à faire 10 % de ce qu’ils ont fait, Sidya Touré a dit qu’il va nous rejoindre encore. Je lui réponds qu’il n’a plus de place avec nous. »

Bhoye Bah