Prochaines manifestations : Comment l’opposition va-t-elle s’y prendre face aux PA ?

Guinea's opposition leader Cellou Dalein Diallo (L) greets supporters during an opposition meeting in Conakry on October 4, 2017. / AFP PHOTO / CELLOU BINANI

Au cours de l’assemblée générale du samedi dernier de son parti, le président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée a demandé à ses militants de se tenir prêts pour des nouvelles manifestations. Car selon lui Alpha Condé dont on prête l’intention de vouloir changer la constitution en vue de briguer un troisième mandat n’entend que le langage de la rue. Mais quand on parle de manifestions ces deniers temps, on pense aux PA installés le long de la route le prince qui tuent dans l’œuf toute manifestation. Comment l’opposition si elle décide de descendre dans la rue pour dire non notamment à la nouvelle constitution va s’y prendre ? Nous avons rencontré certains acteurs politiques pour en savoir davantage.

Depuis l’installation des P.A sur la route le prince, les manifestations de rue ont cessé. Une décision de l’Etat empêche les opposants d’organiser leurs manifestations habituelles pour protester contre certains agissements du gouvernement. Mais ce samedi, le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, a fait une annonce qui laisse croire que ces manifestations vont bientôt reprendre. A l’UFR, on pense que les PA ne vont pas s’opposer à l’exercice d’un droit consacré par la constitution.

« Écoutez les manifestations n’ont rien à voir avec les PA. C’est un droit constitutionnel, les militaires et gendarmes qui sont au niveau des PA sont des républicains. Ils ne sont pas là-bas pour brimer les gens mais pour protéger les populations », rassure  Amadou Tidiane Sylla, chargé de communication du parti présidé par l’ancien haut représentant du chef de l’Etat.
Du côté du RRD, une autre formation politique membre de l’opposition républicaine, son président dit  n’avoir pas été consulté et par conséquent compte attendre une décision prise au cours d’une plénière.

Tout ce qui est ténu comme déclaration par l’UFDG à son siège n’engage pas notre parti. Je crois que si l’opposition doit tenir une déclaration, on se retrouve en plénière, on décide et il y’a un porte-parole qui passe le message de l’opposition. Comme tel n’a pas été le cas pour le moment, on attend qu’on se retrouve et on va voir l’opportunité d’aller vers des manifestations ou pas. Ça se discute au sein de l’opposition, il n’ y a pas un parti qui fait la déclaration au nom de tous les autres», explique Abdoulaye  Kourouma

Avec l’installation des P.A, nombreux sont ceux qui se réjouissent de l’accalmie que connaît la route le prince, même si d’aucuns ne s’en
félicitent pas.  A l’         UFR (Union des Forces Républicaines), on est catégorique, l’avenir ne se conjugue pas avec le président Condé. Son chargé de communication demande aux militants d’attendre le mot d’ordre du FNDC.

Yali Bah-Bhoye Bah